slide-page-768-d42b10

Les cahiers de doléances de Charolles et de Toulon-sur-Arroux (Saône-et-Loire)

« Que sous l'empire français, il ne reste aucun vestige d'esclavage ! »

Article 10 du Cahier de Doléances de Toulon-sur-Arroux du 17 mars 1789.

Le cahier de doléances de Toulon-sur-Arroux

 

Profitant de la convocation des Etats généraux lancée en août 1788 pour se tenir à Versailles en mai 1789 , la société abolitionniste des Amis des Noirs adressa aux baillages une supplique pour demander au peuple de dénoncer l’esclavage dans les cahiers de doléances .

Dans celui du bailliage de Charolles et surtout dans le cahier de la paroisse de Toulon-sur-Arroux, à l’initiative de son maire, Jean-Philippe Saclier, avocat au Parlement de Bourgogne, on trouve un appel visionnaire à la solidarité des Nations pour éradiquer l’esclavage.

Capture et convois d’esclaves en Afrique.

Le cahier du Tiers Etat du baillage de Charolles est une synthèse des 83 cahiers venus des 83 paroisses du Charolais, obtenue en l'Auditoire du Bailliage, tout proche du château comtal. Il demande en son article IV - 9 : „Que l'esclavage soit aboli dans les colonies françaises“.

Mais c’est le village de Toulon-sur-Arroux qui exprime dans l'article 10 de son cahier de doléance une revendication d'une bien plus grande portée, visant l'esclavage, la traite, et l'abolition universelle de celle-ci au moyen d'un accord international, en ces termes:

« Que sous l'empire français, il ne reste aucun vestige d'esclavage !
Que la mesure de la fortune publique ne se calcule plus sur le nombre des malheureux !
Enfin que l'esclavage soit aboli dans les colonies, que la nation renonce pour toujours à la traite des nègres, et que le Roi, suivant le mouvement de son coeur, daigne inviter toutes les nations à abjurer ce monstrueux commerce, par un pacte général que l'Humanité réclame. »

 

L’article 10 du cahier de Doléances et le mémorial qui retient le souvenir du vœu des habitants de Toulon-sur-Arroux le 7 mars 1789.

L’auteur de ce texte bref, clair et puissant est le maire de Toulon-sur-Arroux, Jean-Philippe Saclier, avocat au Parlement de Bourgogne, esprit libéral et éclairé. Né à Toulon-sur-Arroux en il y mourut en 1819.

L’article 10 du cahier de Doléances de Toulon-sur-Arroux, reste avec celui des habitants de Champagney en Haute-Saône, exceptionnels, car rares furent les manifestations contre le système. Ainsi :

  • sur cent soixante-quatre cahiers de bailliage ou de sénéchaussée rédigés par le Tiers-Etat, douze demandent l'abolition de la traite, dont quatre celle de l'esclavage les huit autres manifestant leur réprobation à l'égard de ces pratiques, quoiqu'avec prudence. Les cahiers de doléances de paroisse à de rares exceptions près comme celui de Champagney ou de Toulon-sur-Arroux n'abordent pas le sujet.
  • sur cent cinquante cahiers rédigés par la noblesse, trois demandent l'abolition de la traite, dont deux celle de l'esclavage, et sept autres émettent un vœu imprécis sur ce sujet ;
  • sur cent cinquante-cinq cahiers rédigés par le clergé, huit demandent l'abolition de la traite, dont quatre celle de l'esclavage, quatre autres abordent le sujet avec circonspection.

Actualités

Voir toutes les actualités